Réfléchir

Et si on lâchait prise ?

.
Je vis à 100 à l’heure et je ne fais rien de ma vie.

Triste constat si l’on arrive à cette réflexion et pourtant cela m’effleure l’esprit en ce moment. Ce paradoxe m’a l’air de plus en plus présent dans notre société actuelle, à planifier trente-six sorties sans jamais profiter de l’instant, à réfléchir à construire son futur en oubliant de savourer le présent. Mais j’ai l’impression que cet état d’esprit se cultive de générations en générations : qui n’a jamais entendu, au moment de passer le bac (une grosse pensée pour les bacheliers d’ailleurs), que l’important c’était la poursuite d’études ? Puis, en études supérieurs, qu’il fallait penser à trouver un emploi ? Puis, quand on a un travail, qu’il faut penser à sa retraite ?
Alors me voilà, visiblement parfaitement dans le moule. Je fais des études supérieures dans la communication, un domaine qui me plait mais que l’on dit « bouché ». Alors j’ai décidé de faire un double cursus, histoire d’avoir plusieurs cordes à mon arc et j’ajoute une formation de designer sur le reste de mon temps. Mais puisque j’ai l’impression que cela ne suffit pas, j’en profite pour rentabiliser mes loisirs afin qu’ils soient utiles à mon profil : la photographie, la lecture, la tenue d’un blog et une présence sur les réseaux sociaux, entre autres.
Ça occupe pas mal de mon temps, si ce n’est quasiment tout mon temps alors il faut savoir s’organiser avec un planning tenue d’une main de fer.

Et si on lâchait prise ? (1)

Et la vie, dans tout ça, t’y penses ?

Parce que c’est bien joli de vouloir se donner à fond, tout le temps, de faire des jolis projets, de travailler pour avoir un résultat qui nous plaise et de multiplier les efforts mais … la balance est-elle équilibrée ? Le but de tout cet investissement, c’est bien d’y trouver quelque chose de bénéfique et il ne faut pas l’oublier. Les journées passent, elles s’enchainent et le travail continue, mais à vouloir faire trop de choses à la fois, les projets n’avancent pas –ou peu. Et ne pas voir de changements, ça donne l’impression de ne pas avoir fait assez, voir ça nous fait travailler plus et un jour c’est notre corps ou notre esprit qui nous disent STOP.
Chaque jour se doit d’être savourer, il n’y a pas de retour en arrière dans la vie et le temps passé ne peut être récupérer. Et si on s’écoutait un peu plus, si on pouvait suivre spontanément nos envies, ponctuer notre vie de quelques folies passagères, de souvenirs, de rires, de partages, de vie, ça serait pas mal non ?

Tu crois pas que tu en fais trop là ?

Peut-être que la faute ne revient pas à la vie, aux aléas ou à la société, mais seulement nous. Après tout, clamer bien haut et fort qu’on fait ce que l’on veut et que notre vie ne regarde que nous, c’est bien gentil, mais l’appliquer, ça serait mieux. Il n’y a aucune obligation stricte dans la vie et on a tous le pouvoir de la modeler –plus ou moins– mais un certain pouvoir tout de même. Bien souvent, il s’agit majoritairement de choses qu’on entreprend, de projets que l’on façonnent, d’objectifs qu’on se donne nous-même et d’une barre que l’on place trop haut.

Et si on lâchait prise ? (2)

Alors, on fait quoi ?

Ce serait bien plus facile si il existait une recette toute prête ou une liste magique des choses à faire (et ne pas faire) pour se sentir bien. Mais si tout était facile, plus rien n’aurait de saveur. Alors il faut savoir composer, faire à sa sauce, arranger les idées et trouver ce qui nous convient le mieux, pour soi.

On dédramatise
Ce n’est pas catastrophique si notre to do list n’a pas été entièrement complété. Vous ne pouvez pas être au top chaque jour et vous n’êtes pas des robots. Inutile donc d’angoisser ou de culpabiliser pour une tâche qui n’aurait pas été faite. Soyez indulgent(e) envers vous-même et accordez-vous le droit à l’erreur.
Travailler sans être accroVouloir faire bien et se donner de la peine pour y arriver, c’est ok. Vouloir se diversifier et apprendre plusieurs choses aussi. Mais multiplier les projets à outrance, le boulot  qui empiète sur votre vie privée ou bâcler votre travail parce que vous avez trop de choses en tête, sont les signes d’un déséquilibre. Apprenez à hiérarchiser vos tâches de manière à travailler plus assidument, et donc plus efficacement. Cela devrait vous aérer l’esprit –puisque certaines activités seront mis en stand-bye– faire avancer/terminer vos projets principaux et vous donner un sentiment de satisfaction qui ne vous sera que bénéfique !
Savoir s’accorder des moments pour soi
C’est primordial de savoir s’écouter et d’agir en conséquence. Un bon sommeil, un corps en bonne santé et un esprit apaisé sont autant de conditions qui vous permette de vous sentir bien, épanoui(e) et, si nécessaire, plus productif ! Alors si vous pensez que « prendre soin de soi » est une perte de temps, détrompez-vous. Détendez-vous avec un bon livre, quelques minutes dans un bain, une soirée devant un jeu vidéo, à regarder un film, quelque soit l’activité qui vous permette de vous faire plaisir.
◘ Savoir profiter des autres

Il faut aussi savoir sortir de sa bulle, aller à la rencontre des autres et profiter de ces moments à plusieurs. Bien souvent, ils sont source de partage, de connaissances, de découvertes, de rires et d’amour. Que des choses bonnes pour le moral. Alors parfois, un bon « oui » à une sortie imprévue ou un « d’accord » à une visite impromptue permet de sortir de son quotidien un peu trop oppressant et de partager un excellent moment.

.

Voilà quelques pistes de réflexion que je vais tenter d’amener dans mon quotidien, de manière à alléger mon quotidien.
Je serais curieuse de savoir si, vous aussi, vous avez parfait cette impression d’aller à 100 à l’heure pour rien ? Et quelles sont vos astuces pour ralentir la cadence ?

Publicités

5 réflexions au sujet de « Et si on lâchait prise ? »

  1. A partir du moment où je suis sortie des études, j’ai pris conscience qu’en dehors du travail, le temps était réduit. Mais tout en m’organisant je profite de chaque moment dès que je le peux. Le souci aujourd’hui c’est le fait de gagner des sous pour en perdre les 3/4 chaque mois sans avoir rien à faire. Je pense que c’est la chose qui m’énerve le plus et les projets en pâtissent. J’arrive à profiter mais je me trouve trop jeune pour me restreindre à cause de ça.

    J'aime

    1. Merci pour ton avis !
      C’est ça que je trouve dingue justement, devoir s’organiser pour profiter. On n’arrive plus à simplement rentrer chez soi et se laisser surprendre par ce que la soirée a à nous offrir, on se doit de planifier pour être certain de faire quelque chose qui compte. Je trouve ça à la fois bien de se réserver des plages-horaires plaisir, mais dommage en même temps.
      Et l’argent… ah ça, les frais fixes deviennent de plus en plus présent dans notre budget, ici aussi il y a peu de place à la spontanéité. « – Hé, on part en week-end, histoire de s’amuser ? – Ouais ! Dans trois mois d’accord ? »
      Bref, tu as raison de profiter au maximum ! :D J’ai cru voir que ton plaisir récurrent était les livres, alors bonne lecture.

      Aimé par 1 personne

      1. Dans une société où tout va trop vite, on a pas trop le choix si on veut profiter !
        Oui les livres restent un péché mignon abordable ou sinon il y a la médiathèque. Je trouve ça dingue et génial que les dvds, cds, et livres soient gratuits à l’emprunt !

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s